La Sainte-Chapelle – île de la Cité à Paris

Categories Monuments historiques

Pour soutenir mon travail, merci de cliquer ici

Édifiée sur l’île de la Cité, la Sainte-Chapelle (également nommée Sainte-Chapelle du Palais) fut spécialement bâtie afin d’accueillir la Couronne d’Epines, un morceau de la Vraie Croix et autres reliques de la Passion.

Un monument digne d’accueillir les plus belles reliques

Au début du 13ème siècle, l’empereur Baudouin II de Courtenay, dernier empereur de Constantinople, a urgemment besoin de soutien financier. Afin d’être aidé au plus vite, il met en vente la plus précieuse de ses reliques : la Couronne d’Epines, c’est-à-dire la couronne posée sur la tête de Jésus Christ avant sa crucifixion. Dans l’espoir de trouver preneur ainsi qu’un allié pour débuter une nouvelle croisade, il entreprend en 1237 un long voyage en Europe durant lequel il rencontre le roi français Louis IX. Si ce dernier est peu désireux d’entamer une nouvelle expédition, il est cependant très intéressé par la Sainte Couronne et les reliques mises en gage à Venise. En contrepartie de la somme de 135 000 livres, la Couronne d’Epines est apportée en France et arrive à Paris en 1239.

Le lendemain, une grande cérémonie est organisée, pendant laquelle la relique est déposée dans la chapelle Saint-Nicolas de la Cité. Trois ans plus tard, deux nouvelles reliques vendues par Baudouin II rejoignent Paris : la relique de la Passion et une partie de la Vraie Croix (croix sur laquelle Jésus aurait été crucifié). Considérées comme étant des témoins directs de l’histoire de Jésus et de sa crucifixion, les trois reliques dont le roi est en possession sont des pièces particulièrement vénérées par les chrétiens. Louis IX décide donc de placer ces précieuses reliques dans un lieu bien plus prestigieux que la petite chapelle Saint-Nicolas. Il ordonne ainsi la construction d’une nouvelle chapelle dans l’enceinte de l’ancien palais royal de l’île de la Cité, spécialement destinée à accueillir les saintes reliques. Lire la suite ici

Pour soutenir mon travail, merci de cliquer ici

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *