Fiche révision : Philippe IV le bel – roi de France

Categories Catégorie, Fiche révision : les rois de France

Pour soutenir mon travail, merci de cliquer ici

Né en 1268, Philippe IV dit le Bel est le fils de Philippe III le Hardi et d’Isabelle d’Aragon. En 1284, il se maria à Jeanne de Navarre, ce mariage lui apporta la Champagne et la brie en guise de dot. A la mort de son père le 5 octobre 1285, il devient roi de France à seulement 17 ans. Pour épauler un si jeune roi, il se fit conseiller par des hommes expérimentés comme Guillaume de Nogaret, Enguerrand de Marigny ou encore Pierre Flote. Aidés de ses conseillers, il modernisa un État encore féodal.

Le 6 janvier 1286, il se fit sacrer roi de France à Reims. Son règne sera marqué par une transformation en profondeur de l’Etat. L’administration se renforça de fonctionnaires issus de la bourgeoisie et devenait plus moderne.

En conflit avec la Flandre, il la fit occuper et par ruse attira le comte de Flandre à Paris. Philippe IV le séquestra et confia l’administration de ses terres à Jacques de Châtillon. Par ses maladresses, celui-ci s’attira très vite les foudres de ses habitants qui en guise de vengeance massacrèrent la garnison française. Philippe IV réparera cet affront à Mons-en-pévèle le 17 août 1304. A la suite de ce conflit, le nord de la Flandre revint sous l’autorité capétienne par le traité d’Athis-sur-Orge en 1305.

Philippe IV réorganisa toute son administration et créa des services spécialisés comme le Parlement ébauché par son grand-père et la Chambre des Comptes. Il confia le Sceau royal à ses proches conseillers Pierre Flote puis Guillaume de Nogaret au sein d’une chancellerie. Qui dit État moderne doté de nouvelles administrations dit création de nouveaux impôts, comme la maltôte qui fut prélevé sur chaque vente. Pour montrer sa désapprobation, le peuple le surnomma la “mal-levé”. En 1295, sans l’autorisation du Pape, il préleva un impôt occasionnel sur le clergé, la décime. Le clergé obtempéra.

Sujet aux dévaluations et aux réévaluations incessantes de la monnaie, le royaume de France gronde. Le règne de Philippe IV fut particulièrement agité sur le plan monétaire. Le roi et ses conseillers multiplièrent les émissions de nouvelles monnaies. Le temps de la bonne monnaie de Saint Louis était révolu. Philippe IV, dans la digne lignée de son grand-père Saint Louis plutôt que son père, Philippe III, montra très tôt une autorité certaine. Ce trait de caractère entraîna son lot de conflits…

Pour la première fois, le roi décida de réunir le peuple à Notre-Dame, seront conviés la noblesse, le clergé et la bourgeoisie. L’objectif de cette réunion fut d’obtenir de leur part l’approbation de ses réformes. Nous avons pour la première fois ce qui allait préfigurer les Etats-Généraux.

Le règne de Philippe IV a été marqué par l’arrestation des Templiers et de son grand maître Jacques de Molay le vendredi 13 octobre 1307. Ces moines-soldats, depuis la fin des Croisades, jouissaient d’une immense richesse. Le roi était-il jaloux de cette fortune ? ou Pratiquaient-ils des insanités et autres blasphèmes ? Toujours est-il qu’ils furent torturés, condamnés et exécutés pour hérésie et sorcellerie.

La fin du règne sera marqué par le scandale de la Tour de Nesle et de l’adultère des belles-filles du roi. En ce début du XIVème siècle, le royaume paraît en ordre et plus puissant que jamais. Le 29 novembre 1314, le roi Philippe IV meurt à Fontainebleau. Son corps sera inhumé dans la basilique Saint-Denis. Mais le royaume, à la mort du roi, le 29 novembre 1314, paraît en ordre et plus puissant que jamais.

Pour soutenir mon travail, merci de cliquer ici

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *